L’Amante anglaise

«RETOUR»
Les classiques Salle Toursky

de Marguerite Duras

Un thriller psychologique vertigineux.

Fascinée par les faits divers et la folie, Marguerite Duras s’inspire d’une histoire vraie pour écrire L’Amante anglaise. Claire Lannes a assassiné sa cousine. Elle a découpé son cadavre puis jeté les morceaux dans différents trains de marchandise. Une fois le corps reconstitué, il manquera la tête… Celle qui avoue les faits sans tarder refusera d’en dire plus : pourquoi ce meurtre et ce rituel barbare ? Comment a t-elle pu, sans complice, découper le corps ? Qu’a-t-elle fait de la tête de sa victime ?

La pièce de Marguerite Duras nous entraîne dans une enquête haletante. Happés dans les abîmes de l’âme humaine, nous sommes tétanisés par le portrait de cette épouse insatisfaite qui ne trouve de plaisir qu’auprès des plantes de son jardin et, notamment, de sa menthe anglaise. Prodigieuse et totalement « durasienne », Judith Magre hypnotise. Sincérité, désespoir, manipulation, ironie, fragilité, cruauté, elle nous offre le visage changeant d’une personnalité instable aux frontières de la folie, durant un interrogatoire où elle ne cède rien.
 Face à elle, Jacques Frantz et Jean-Claude Leguay sont impressionnants de justesse, de rigueur et d’intensité. Ironie, sarcasme, mystère et boules d’angoisse assurés.

« Un théâtre sous très haute tension »

Mise en scène : Thierry Harcourt • Assistant mise en scène : Thomas Poitevin • Lumières : Jacques Rouveyrollis, assisté de Jessica Duclos • Costumes : Victoria Vignaux.

Avec Judith Magre, Jacques Frantz et Jean-Claude Leguay.


En vidéo

© Laurencine Lot
© Laurencine Lot