Retour sur une soirée éblouissante avec le Cannes Jeune Ballet Rosella Hightower

« RETOUR »
EN SCÈNE

DANSE | RETOUR EN IMAGES — Sur “Les Espoirs de la danse”, une soirée d’exception le 27 novembre dernier lors de laquelle le Cannes Jeune Ballet Rosella Hightower a relevé un défi de prestige pour le Toursky en revisitant les grands noms de la danse tels que Maurice Béjart, Angelin Preljocaj, Emio Greco & Pieter C. Scholten ou encore Jean-Charles Gil, sous la direction artistique de Paola Cantalupo.

 

Signée Maurice Béjart, Cantate 51 revisite le thème de l’Annonciation.
Avec une émotion contenue, une scénographie épurée et l’intensité d’un épisode biblique que l’on redécouvre, l’on en ressort transfiguré…
 
Les Espoirs de la Danse © Candice Nguyen

Les Espoirs de la Danse © Candice Nguyen

Les Espoirs de la Danse © Candice Nguyen

 


Avec Larmes Blanches d’Angelin Preljocaj, le jeu s’est poursuivi sur des sonorités homonymes.
De l’arme à la larme il n’y a qu’un pas, ce pas de deux qui jette un pont entre les interprètes et alterne les styles, du sage baroque à la folie contemporaine. Époustouflant !
 
Les Espoirs de la Danse © Candice Nguyen

Les Espoirs de la Danse © Candice Nguyen

Les Espoirs de la Danse © Candice Nguyen

 


La soirée a laissé place ensuite à Extremalism d’Emio Greco & Pieter C. Scholten, une pièce qui explore la façon dont l’humanité répond à la crise d’aujourd’hui.
Que fait un corps dans une situation extrême ? Comment survit-il dans un cadre très minimal ?
 
Les Espoirs de la Danse © Candice Nguyen

Les Espoirs de la Danse © Candice Nguyen

Les Espoirs de la Danse © Candice Nguyen

 


DISTRIBUTION

Par le Cannes Jeune Ballet Rosella Hightower du Pôle National Supérieur Danse Cannes-Mougins / Marseille.
Direction artistique : Paola Cantalupo.