Les Journées folles : pour qu’un autre regard soit porté sur la folie, la différence et le handicap

« RETOUR »
EN SCÈNE

Les Journées folles : un festival pour qu’un autre regard soit porté sur la folie, la différence et le handicap. Le Festival s’est fixé pour objectifs le développement et la promotion de l’Art et de la Culture comme facteurs de liens sociaux et outils privilégiés de lutte contre l’exclusion. Dans le rassemblement, dans la création artistique, dans la réflexion, les différences peuvent être surmontées, acceptées…

Nous travaillons dans le centre d’accueil thérapeutique à Marseille où nous recevons des personnes adultes en souffrance psy. Nous avons décidé : patients et soignants d’agir pour une vie meilleure dans notre société, afin qu’un autre regard soit porté sur la folie, la différence, le handicap.

Au programme : du théâtre, de la danse, de la musique, des films, de la comédie musicale, du slam, des tables rondes… Ce qu’on en retiendra ici au Toursky ? Ce sont ces flots immenses d’émotions, de tendresse, de rires, d’énergie, de force de vivre et de bon vivre-ensemble. Ce sont toutes ces passerelles tendues et ces rencontres qui font apprendre et réconcilient.

 


Retour en images sur la 4ème édition du festival Les Journées folles

 

Les Journées Folles, 4ème édition
Lior

Les Journées Folles, 4ème édition
Compagnie belge : 1 peu plus de 3

Les Journées Folles, 4ème édition
Les Valeureux Insensés et les Artalis

Les Journées Folles, 4ème édition
Les Valeureux Insensés et les Artalis

 


Rencontre avec Marie-Claude Taliana, « organisartiste » et coordinatrice des Journées folles

 


Ces journées, on les a organisées parce que dans le centre dans lequel je travaille — le Centre d’activité thérapeutique à temps partiel Lou Blaï, nous pratiquons la psychothérapie institutionnelle. La psychothérapie institutionnelle, c’est rencontrer l’autre, différent de soi, et le considérer en tant qu’humain.

On a tendance à dire que la folie est une grosse pathologie. Nous, ce que l’on dit, c’est que l’autre naît d’une certaine façon au monde. Et on doit peut-être poser ce regard-là sur cette différence de l’autre, et sur notre propre différence à nous. Parce qu’on est tous différent les uns des autres, et c’est ce qui fait la richesse.

Au CATTP Lou Blaï, on se demandait comment on pouvait faire… Parce que c’est bien beau de se plaindre, et de dire « oui, on nous regarde de travers, et l’autre ci, et l’autre ça… ». Comment pourrait-on faire pour changer les choses ? C’est ce qu’on tente de faire avec les Journées folles : essayer de faire en sorte que les personnes se rencontrent les unes les autres et qu’elles apprennent à se regarder avec la richesse propre à chacun.

On est venu voir Richard Martin et son équipe parce que le Théâtre Toursky a une histoire. Ils sont engagés dans cette histoire humaine parce que chacun doit y prendre et y avoir une place. Malgré tout, c’est pas du syndicalisme. C’est qu’on doit avoir ce rôle-là, de s’engager : parce que chacun de nous fait partie de cette construction de l’humanité, et que c’est nous qui construisons l’histoire de l’humanité. C’est certes un bien grand mot mais, petitement, chacun de nous peut y mettre quelque chose pour que ce soit un monde où l’on se sente bien.

Le résultat : de super belles journées, parce que de notre côté, on imagine des choses pour le centre Lou Blaï, on invite des artistes qui sont engagés avec nous. Et puis ensuite cet objet d’art-là, ces journées folles, poursuivent leur propre chemin. Elles ne nous appartiennent plus. Il y en a d’autres qui s’en emparent, et les artistes rencontrent d’autres personnes, et ça c’est merveilleux parce que l’histoire continue après, et on espère que cela fera venir de plus en plus de monde…

 

Les Journées Folles, 4ème édition
Textes Françoise Parigi lus par Dominique et Madeleine Friard – Trompette Claude Haro – Danse Amaya

Les Journées Folles, 4ème édition
La Troupe Comédiens imprévisibles

Les Journées Folles, 4ème édition
“Vivant or not Vivant”, GEM Les Sentinelles Égalité

Les Journées Folles, 4ème édition
“Vivant or not Vivant”, GEM Les Sentinelles Égalité

 


Rencontre avec Marylène et Anne-Séverine, du centre hospitalier Valvert

 

 

Marylène.

Pour moi, ces deux journées permettent de donner envie à des patients de venir profiter d’un théâtre. Aujourd’hui je suis avec un patient qui n’était jamais venu dans un théâtre. Ces journées, c’est lui faire découvrir ce que c’est un théâtre, avec plusieurs types de spectacles différents — que ce soit de la danse, du chant, du théâtre, des clowns… Et de pouvoir passer un moment en dehors de l’institution, de découvrir de nouveaux comédiens, de nouveaux danseurs de partager avec d’autres personnes. J’aimerais qu’il y ait plus de patients qui puissent accéder à ce genre d’événement.

 

Anne-Séverine, art-thérapeute.

Notre présence est une façon de soutenir cette belle initiative qu’est ce festival entièrement imaginé, rêvé et organisé par l’équipe « organisartiste », composée des patients et des soignants du CATTP Lou Blaï.

C’est un fabuleux festival de rencontres, d’échanges, avec beaucoup d’émotions. On peut rire, avoir la chair de poule, pleurer, par le biais de la danse, du théâtre, de la musique et ça me plait de le partager avec d’autres personnes.

Et puis le Toursky n’est pas n’importe quel théâtre, c’est un théâtre engagé qui a une sacrée histoire. J’avais entendu parlé de son directeur et je l’ai vu pour la première fois sur scène aujourd’hui. Son discours m’a beaucoup parlé, je perçois comment le théâtre peut être engagé.

 

Les Journées Folles, 4ème édition
Table ronde autour du rêve et de l’amour (Dr Alain Abrieu, Bernard Devos, Lancelot Hamelin, Laurence Renault, Michèle Benhaim)

Les Journées Folles, 4ème édition
Comédie musicale “Quel Amour” par les hôpitaux de jour Balthazar Blanc, Camille Claudel, Les Colombes, CATTP Rabelais et Le Colibri, Hôpital de jour Henri Collomb

Les Journées Folles, 4ème édition
Mister J (slam) et Alain (guitare)

Les Journées Folles, 4ème édition
Samuel Taïeb, jeu de pianos jazz

 


Quoi de plus improbable que des rencontres croisées, aux confins de cette jonction aux articulations fragiles de l’Art et la Folie, l’Art dans tous ses états-limite, la Folie poussée jusqu’à l’extrême limite de l’Art? À l’heure des barbaries, des haines de l’Autre et des autres, (…) réinventer l’Humain est devenu un Art en soi: un nécessaire métissage culturel qui rassemble des êtres que ne sépare que leur assignation sociale: artistes professionnels pour les uns, artistes amateurs d’associations, du médico-social, des lieux à résidence de l’aliénation mentale pour les autres, tous ces espaces où «résister, c’est créer», résister et entrer en résistance par la création, résister, donc, comme dresser un mur en pierres atypiques, ouvert sur une trouée de ciel bleu, contre la folie haineuse, mortifère, de ceux qui ont perdu le sens des mots, la langue, la beauté des sens, sans marchandage, ni lâcheté, ni concession. » Tricia Natho

 


 

Les Journées Folles, 4ème édition
Locura

Les Journées Folles, 4ème édition
L’équipe des “organisartistes”

Les Journées Folles, 4ème édition
Radio Babel Marseille