La Piste de l’utopiste

«RETOUR»
Théâtre Salle Léo Ferré Création

Création de et avec Rufus

Les Ailes du désir version Rufus :
du grand art !

Tendre et hilarant.

Si ça se trouve, je suis mort et je ne m’en suis même pas aperçu. Voilà ce qui m’est tombé dessus quand j’ai lu ma rubrique funéraire. Elle annonçait que j’étais bel et bien décédé. J’ai immédiatement téléphoné à mon numéro que je connais par cœur, pour m’avoir au bout du fil. C’était occupé, c’est resté occupé toute la journée. J’ai essayé entre deux appels de rassembler des indices de vie pour démentir quand je m’aurai au bout du fil. Fournir des preuves de vie !

J’ai ressorti les arguments que j’avais tenus sur le brasero du Pont de Lausanne. C’est un pont, au cœur de la ville, si haut que tous les désespérés l’ont choisi pour s’y jeter. Un soir en sortant du théâtre, j’y suis passé et j’ai intercepté un gars qui allait se jeter. Je lui ai parlé du pourquoi et du pourquoi pas et finalement, il a renoncé. Le lendemain par prudence, j’y suis retourné pour vérifier. Et non, ouf ! Il ne s’était toujours pas jeté. Mais il y en avait un autre, à qui j’ai parlé alors, et qui a renoncé aussi du coup.

Alors le troisième jour, je me suis dit que ça y était : j’en avais sauvé deux, ma mission était remplie. Mais poussé par je ne sais quoi, je suis retourné et j’en ai sauvé encore un. Ensuite, j’ai amené un brasero sur le pont parce que c’était décembre. J’ai fait des marrons chauds. Je ne me souviens plus de mes arguments pour les empêcher de se jeter. Sauf que c’étaient justement des preuves de vie. Soixante-seize preuves de vie. Je vais rapidement vous les donner et je vous laisse, parce que j’ai pas que ça à faire.

Plein de poésie et de soif de vie,
une création décalée de Rufus
comme on les aime !

De et avec Rufus

© Zoé Narcy La piste de l