Le temps qui dure

«RETOUR»
Théâtre Salle Léo Ferré Création

Isabelle Gardien et Bernard Lanneau

Un huis-clos hors du commun…

Dans cette création il semblerait que les personnages sont au moins aussi importants que l’horloge et le sablier installés sur la scène et le bruit des secondes qui s’égrènent. Mathurin, un homme d’âge mur, académicien membre d’un jury littéraire, au physique altier et au caractère affirmé, est concentré sur sa lecture. Roxane, sûre d’elle-même, journaliste d’investigation pour un hebdomadaire de renom, pianote sur le clavier de son ordinateur. Ils ne se préoccupent pas l’un de l’autre lorsque la sonnerie d’un téléphone portable retentit et donne le top départ d’un dialogue entre ces deux personnages que rien ne prédisposait à se parler. Un dialogue insolite et improbable et qui aborde les affres inexorables qu’exerce le temps sur la condition humaine.

Pour Mathurin comme pour Roxane, rien ne semble acquis. La pièce nous renvoie à nous-mêmes, à la précarité de nos existences, et nous interpelle sur des questions essentielles. Nos convictions philosophiques ou religieuses peuvent-elles nous aider à vivre et à faire face à ces différents temps qui rythment notre existence ?

Dynamique, intense, conduite tambour battant par deux comédiens talentueux : une oeuvre remarquable.

Un voyage intérieur sensible et délicat.

D’après le texte de Dominique Rey, adapté par Serge Sarkissian en collaboration avec Cécile Petit et Didier Rabaud.
Mis en scène par Serge Sarkissian, en collaboration avec Pierre-Philippe Devaux.

Avec Isabelle Gardien et Bernard Lanneau.


En vidéo

Une production Onésime2000.