Les Espoirs de la Danse

«RETOUR»
Danse Salle Toursky Soirée de soutien

Une soirée d’exception.

La jeune garde du Cannes Jeune Ballet Rosella Hightower relève un défi de prestige pour le Théâtre Toursky et revisite trois grands noms de la danse : Maurice Béjart, Angelin Preljocaj et Jean-Charles Gil. Le tout pour une interprétation aussi rigoureuse que prometteuse et sous la direction artistique de Paola Cantalupo.

Signée Maurice Béjart, Cantate 51 ouvre le bal et revisite le thème de l’Annonciation avec une émotion contenue, une scénographie épurée et l’intensité de cet épisode biblique que l’on redécouvre, transfiguré. Éblouissant ! Avec Larmes Blanches, d’Angelin Preljocaj, le jeu se poursuit sur des sonorités homonymes. De l’arme à la larme il n’y a qu’un pas, ce pas de deux qui jette un pont entre les interprètes et alterne les styles, du sage baroque à la folie contemporaine. Époustouflant ! En clôture, l’esprit des comédies musicales d’un Broadway vrombissant avec le Sweet Gershwin, de Jean-Charles Gil, qui rendra hommage au compositeur américain ainsi qu’au chorégraphe Balanchine, cher à l’inspiration de Gil. Étourdissant !

Trois ballets mythiques.

Par le Cannes Jeune Ballet Rosella Hightower du Pôle National Supérieur Danse Cannes-Mougins / Marseille.

Direction artistique : Paola Cantalupo.
Sur les chorégraphies de Angelin Prejlocaj, Maurice Béjart et Jean-Charles Gil.


En vidéo