Poètes du bitume

«RETOUR»
Grande nuit de l'Anarchie Salle Toursky Création

Richard Martin, Féloche et Dooz Kawa

Une des soirées phares de cette Saison.

Tordons le cou aux clichés et croisons la prose sombre et raffinée du rappeur Dooz Kawa à la poésie engagée, sensuelle et subversive de Léo Ferré incarnée par Richard Martin et à l’univers romantique, jubilatoire et rock’n roll de Féloche. Saupoudrons le tout d’une pincée de mandolines et de voix d’enfants et régalons-nous d’une soirée d’exception où ces trois artistes, qui incarnent chacun l’essence même du genre qu’ils illustrent, sont éclairés ensemble, ici, au Toursky, au coeur de notre grande Cité populaire où s’inventent au fil du temps les Musiques et les Mots.

Féloche interpelle. Avec sa mandoline insolente, sa joie féroce et son romantisme digne de la littérature russe. Féloche a vu du pays. Partout, il fraternise. La largesse de son sourire annonce la couleur, c’est comme un truc plus fort que lui, partout où il va, il devient du coin. De l’Ile de la Gomera, de New York, d’Ukraine, de Roumanie, d’Argenteuil. Il donne et les gens lui donnent. Leurs histoires puissantes, leur sifflet de paradis, leurs vieux sons tachés de gros rock crasseux, leurs rythmes, leur flow, leurs envolées.

Quand on lui pose la question : quel est selon lui le bien le plus précieux ? Richard Martin répond : « la dignité…, la liberté d’expression qui t’autorise la dignité. ». Oui, Richard Martin fait bien partie de ces guerriers de la culture, de ces insoumis pour lesquels, comme le soulignait son frère d’éternité Léo Ferré : « À l’école de la poésie, on n’apprend pas : on se bat ! ».

Dooz Kawa est un ovni sur la planète rap. Cet anarchiste des pensées qui se refuse l’étiquette d’artiste et de poète a, depuis ses débuts, tiré de ses écorchements des cicatrices bien créatives et une écriture pulsionnelle. Au menu, des rêves d’enfants oubliés (ou pas), des bouquets d’émotions poussant dans les bayous et, toujours, cette pluie de fleurs de cerisiers qui n’en finit pas de tomber. Il sillonne l’Hexagone accompagné de Nano et Dah Conectah.

Une soirée inédite sous haute tension artistique.

Avec l’Académie de Mandolines de Marseille et un chœur d’enfants, dirigés par Vincent Beer-Demander.
Avec Richard Martin, Féloche et Dooz Kawa.

Une co-production Prodig'Art et Théâtre Toursky.